Bienvenue sur :
chlorophylle-environnement
.wifeo.com
 
Retour sur la pose d’un filet de protection sur le futur site de l’éco-quartier Sainte-Henriette.
La période de reproduction des batraciens est proche et avec elle les déplacements des amphibiens. Sur le site du terril de Sainte-Henriette à Hénin-Beaumont, un chantier nature a été proposé par les équipes d’Aquaterra pour la préservation des crapauds calamites. Gaëtan Grember, animateur environnement à l’Agglo Hénin-Carvin nous explique : « L‘objectif du chantier est d’installer un filet à amphibiens pour empêcher l’animal de coloniser la zone de chantier de Sainte-Henriette. Les engins de chantier ont créé des ornières qui se sont remplies d’eau et qui servaient d’espaces de pontes pour les crapauds calamites. En posant des filets, l’animal est maintenu dans sa zone naturelle ». Une opération de protection de la nature qui aura séduit riverains et enfants.
 
Opération de nettoyage le 18 mars : invitation et bilan
 
Proposition de participation à une opération de nettoyage de nos espaces Nature avec la CAHC et la Région « Hauts de France ».

L'opération aura lieu le samedi 18 mars de 14h à 17h.
Le matériel de ramassage et protection est fourni.
Rendez-vous au pont de la Batterie, en face de la gare d'eau de Carvin (route entre Oignies et Courrières).
 
Bilan de l'opération Hauts-de-France propres !

Le 16 mars les membres de notre association, se sont mobilisés, pour participer à la grande opération lancée sur tous les Hauts de France, par la région avec les chasseurs et les pêcheurs.

Nous avions choisi le secteur du pont de la batterie et la gare d'eau.

Un secteur trés boisé, avec de beaux plans d'eau, disposant d'une trés riche biodiversité. et qui est classé par la région comme "zone à renaturer".

Bien que nous ayons déposé, de nombreuses affiches, et flyers dans la ville et dans le quartier, également sollicité la municipalité, nous n'avons pas eu de volontaires, à l'exception d'une jeune demoiselle de onze ans, Adélaïde, passionnée et pleine d'entrain ! Les parents sensibles à cette opération n'ont pu se joindre à nous, engagés dans des travaux importants dans leur nouvelle acquisition.

Nous avons collecté 4 remorques, ensuite les déchets ont été déposés dans une benne, mise gracieusement à notre disposition par La CAHC, et aussi collecté 414 bouteilles de verre déposées dans un container, qui a fini par déborder !

Nous avons remarqué avec un grand plaisir l'engagement des chasseurs et pêcheurs, afin de préserver la nature, qui de plus en plus, sont moteur dans ces opérations, mais nous trouvons encore, de temps en temps, dans ce secteur des cartouches vides qui ont dû tomber d'une poche, (voir photo jointe), encore un petit effort, on est sur le bon chemin qui devient propre. 

Nous avons aussi relevé de nombreux dépôts qui contenaient aussi de l'amiante, mais trop conséquents pour que nous puissions les évacuer. Conformément aux instructions  qui nous ont été données, nous avisons les organisatrices.

Il faudrait encore au moins deux W-E, pour finir de nettoyer ce bel environnement.

Il est regrettable de constater le peu de mobilisation, et également du dimanche soir, des indélicats sont venu déposer leurs gravats,dans notre benne, ( voir les photos), alors qu’il y a une déchetterie à Courrières et de l'autre côté à Carvin;

Et le lendemain, on a eu droit à un sac poubelle, et une canette dans la rue.

On ne baisse pas les bras pour autant, mais un jour il faudra bien sévir. Pourquoi ne pas condamner les indélicats à des peine d'intérêts général, où ils seraient contraints de ramasser ces déchets. Nous pourrons leur donner des gilets et des gants, il nous en reste !

A la prochaine, venez nombreux.

Economies d'énergie sur la ville de Carvin/Rencontre avec M. Kemel le 4 novembre 2016Le 04 novembre 2016, le Président de Chlorophylle Environnement et Philippe Lemire, adhérent, ont rencontré le Député-Maire de Carvin, plus d'un an après un premier courriel sur le sujet, afin de l'interpeller sur le gaspillage d'électricité constaté dans les bâtiments de la ville .Cela est le cas à l'ancien tribunal notamment ; il y est constaté de manière répétée des lumières allumées en permanence dans les lieux de passage (couloirs, escaliers et salle de permanence), soit 68 néons et ampoules potentiellement concernés, fonctionnant 5 jours par semaine, 10 heures par jour. Cela représente un coût certain pour la collectivité (et le contribuable carvinois surtout !), d'autant que cela se produit un peu partout dans la commune, à la M.I.C., comme dans les écoles primaires, où le même phénomène a été constaté par un témoin, y compris les samedi et dimanche, où il est très peu probable d'y voir ces jours-là les lieux occupés.M. Lemire et M. Fauqueur ont alors proposé au premier magistrat de Carvin de faire poser des capteurs de présence qui auraient le mérite de faire faire des économies à la commune, et donc au contribuable (le coût estimé de ce gaspillage étant au bas mot de 15 000 euros par an) et de pouvoir investir l'argent gagné, par exemple dans la location de voiturettes pour personnes âgées lors de la Toussaint, service supprimé pour la première fois cette année, faute de crédits, ou dans quelques autres postes de dépenses, comme l'achat d'une nouvelle imprimante à la M.I.C., dont la cartouche d'encre n'a pas été remplacée pendant un an, et pourtant utile aux demandeurs d'emploi qui y viennent régulièrement.
Le Maire a répondu qu'il était prévu un programme de 3.000.000 d'euros, destiné à réduire les dépenses d'électricité et portant sur l'achat d'ampoules basse consommation, de type LED, sans en présiser toutefois l'échéance, et sans indiquer s'il était compris dans ce plan la pose de capteurs de présence, coûtant en moyenne 20 euros pièce et qu'il serait facile de faire poser aux endroits judicieux.
La plus grande vigilance s'impose donc sur cette annonce, qui semble aller dans le bon sens, mais l'expérience aidant, nous savons qu'il peut y avoir un fossé parfois très grand entre la théorie et la pratique. 

 Philippe LEMIRE  Claude  FAUQUEUR

 

Odeurs insoutenables sur le secteur Harnes–Courrières et environs

  • Nouvelle demande par courrier d'un rendez-vous en sous-préfecture le 6/05/17
  • C R d’avril 2017 :
  • Un adhérent de notre association habitant sur Harnes incommodé encore dernièrement, a pris contact avec l’entreprise SMDR.Il a fini par être reçu, apparemment un responsable des nuisances a été mis en place et l’a bien reçu, M. Hervé Lefebvre.
    Celui-ci lui a fait visiter le site, et lui a dit en principe avoir identifié la cause des odeurs.
    Il s’agirait de bennes de boues provenant de chez MC Cain.Ces boues sont mélangées au compost destiné aux agriculteurs.

    Il a expliqué qu’en août dernier, ils avaient reçu une quantité importante, ce qui avait provoqué des odeurs à longueur de journée, et qu’il serait à la recherche d’un produit permettant de neutraliser les odeurs.S’il en est ainsi, cela démontre une prise de conscience du problème et une certaine bonne volonté.
    Sous toutes réserves. Et on peut se demander pourquoi ne pas avoir pris cela en compte plus tôt !Ce responsable propose également que des référents par secteur soient volontaires, afin de le tenir informé de la propagation des odeurs. Et pour cela il mettra un numéro à disposition.
    Pour notre part il faut que cela soit organisé lors de la réunion, plusieurs fois reportée, afin qu’il y ait un engagement officialisé. Lors de cette réunion, nous demanderons qu’une analyse des boues soit faite, afin d’en connaître plus précisément les composants.

    Une remarque : nous ne voyons pas pourquoi il faut que la Sous- préfète soit présente, une personne habilité de la S/P conviendrait parfaitement. Nous proposons qu’une relance soit faite auprès de la S/P, dans ce principe, par un nouveau courrier signé par les différents acteurs concernés, sans attendre la nomination d’un nouveau Sous-préfet.

  • Depuis de nombreux mois notre association suit l’origine de cette pollution, tout comme la municipalité de Courrières.
  • Après de nombreux déplacements, et de recherches sur le secteur afin de valider l’origine de l’émetteur, nous pouvons dire, qu’il s’agit bien de l’usine de traitement des déchets SMDR-RAMERY située sur la zone industrielle de Harnes. Nous avons réalisé des relevés à ce sujet.

    Ces odeurs sont horribles, il est arrivé à de nombreuses personnes de devoir s’éloigner du site, ayant des quintes de toux, l’estomac mal en point et plus …..

    Il faut s’avoir que la ferme pédagogique de Courrières, où vont les enfants est particulièrement touchée par ce phénomène, ainsi que les riverains, et que l’odeur est ressentie jusqu'à l’entrée de Oignies

    De son côté Mr le Maire de Courrières est intervenu à plusieurs reprises, mais les promesses n’ont pas eu de suite.

    Nous avons donc écrit conjointement à la Sous préfète, afin d’obtenir un rendez-vous avec l’industriel, pour qu’il s’engage à traiter dans le respect des populations. Nous aurions aimé que d’autres municipalités se manifestent

    Nous tenons à préciser, que nous sommes toujours dans le dialogue, et sommes conscients que l’industriel, non seulement, doit traiter les matières qui lui sont confiées , mais qu’il est générateur d’emploi. Mais ceci doit se faire dans le respect des autres.

    C’est ce qu’on appelle le Développement Durable.

    Vous trouverez en annexe la copie du courrier ; et pouvez aller sur le site de la Mairie de Courrières, qui dispose d’un lien Face book, ( message du 2 sept) pour vous y exprimer :https://www.facebook.com/villedecourrieres/

     Les actions menées:Défense du terril de la fosse 4, suite au risque d’exploitation.Une mobilisation sans précédent (pétition de 5000 signatures), aujourd’hui le terril, suite à cette action fait partie de la coulée verte « tour de l’horloge » de Carvin.

     . Intervention contre la pollution olfactive par les Ets Wautier à Carvin.

     .Intervention sur la qualité de l’eau concernant  l'eau du robinet ; danger sanitaire  de la nappe phréatique....

     .Cimenterie Vicat de Pont à Vendin, l’association obtient une commission de suivi des travaux d’amélioration.
     .Bois d'Epinoy à Libercourt (tracé TGV + accès Porte du Nord-ZI), passage en semi-enterré, l’association obtient une compensation importante de plantations d’arbres.
     .
    Lekieffre à Wingles (dépôt de charbon), une commission a été créée pour l’amélioration des conditions environnementales.

     .
    Lavanord à Carvin puis à Libercourt (odeurs), l’association a permis un arrêté Préfectoral qui définit des règles plus strictes pour la santé publique, (en 2012 une réunion de concertation en sous Préfecture permet la mise en place de bâches professionnelles pour le problème des odeurs.)
     .Deshynord à Douvrin (usine de déshydratation), l’action n’a pas permis l’installation sur ce site de l’entreprise pour risques environnementaux.
     .
    Autoroute A1 Bis, (secteur d’Avion) le tracé tel qu’il est projeté défigurerait le paysage, il fallait préserver l'existant  en  améliorant  et en aménageant   en 4 voies au lieu de cette autoroute....
     . Audience au Ministère de l’Environnement en avril 1992. Projet de mise en place des CLIS, place du milieu associatif dans le domaine environnemental.
     .
    Canal de la Deûle : CAHC, Trame bleue et protection des sources, traçabilité des rejets.
     .
    « Opération sapins de Noël » redonner aux sapins avec racines une seconde vie.

                                                                                                          1/3


     

     
     



    Créer un site
    Créer un site